Jump to Navigation

Un "Tour de France" pour l'Europe

 

 

Europe Ecologie-Les Verts mène un "Tour de France des écologistes pour l'Europe": 23 étapes dans tout l'Hexagone pendant dix jours afin de faire connaître le projet européen des écologistes et discuter avec les citoyens et les acteurs locaux.

Au départ de Strasbourg le 17 avril, "une yourte itinérante aux couleurs de l'écologie" sillonnera les sept euro-régions, en passant notamment par Lyon, Grenoble, Marseille, Bordeaux, Lille ou Saint-Ouen pour finir à Paris le 25 avril.

 

 

Des étapes, des débats, de la bonne humeur



Chaque arrêt est l'occasion d'évoquer un thème spécifique, en rapport avec des enjeux locaux et européens : réindustrialisation à Hayange (Moselle), le nucléaire au Tricastin (Drôme)... Des concerts, repas et conférences de presse animent également ce parcours.

Ce "Tour de France" est "le meilleur remède contre l'euroscepticisme actuel", résume la porte-parole EELV pour la campagne européenne, Karima Delli. Il va nous permettre d'"écouter" les citoyens "mais surtout d'échanger avec eux sur notre programme".

La campagne écologiste tient à souligner une "Europe de proximité, pour montrer ce qui marche sur le terrain et montrer que les alternatives sont là, une Europe du partage parce que la question des droits est fondamentale" et "une Europe beaucoup plus démocratique" vouée au "grand saut fédéral", "avec les citoyens", selon l'eurodéputée.

 

 

Redonner envie d'Europe



Le parti a pour ambition de redonner "envie d'Europe" pour que la campagne en vue des élections de mai ne soit pas "une campagne entre les Europhobes et les pro-Européens du dimanche", généralement en faveur de plus d'Europe mais qui votent la baisse des budgets européens, a expliqué à la presse le porte-parole Yannick Jadot.

Dénonçant à la fois les candidatures prétexte de candidats absentéistes au Parlement européen et le manque d'ambitions diplomatique, économique, sociale et écologique de l'UE, les écologistes entendent porter une troisième voix, entre la droite du Parti populaire européen "qui représente les lobbies et les socialistes" devenus "le parti des occasions manquées sur tous nos sujets".

« La question n'est pas « sortir de l'Europe ou être dans l'Europe », la question, c'est de changer les majorités. Plus le groupe écologiste sera important au Parlement européen et plus les idées que nous défendons seront prises en compte dans les choix politiques", précise Yannick Jadot.

 

 

Le Parisien, 14/4/2014

 

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.