Jump to Navigation

Subir ou agir

 

Avec le dérèglement climatique, ce qui était exceptionnel devient de plus en plus banal. Des cyclones (Philippines), inondations (Sardaigne), incendies (Australie), tornades (États-Unis) jamais vus depuis belle lurette ont animé l'actualité de ces dernières semaines. A Paris, Montreuil et les environs, c'est la pollution de l'air aux gentiment nommées « particules fines » qui, selon l'observatoire officiel de l'air Airparif a connu durant dix jours en décembre une « situation exceptionnelle ».

Les particules fines proviennent surtout du trafic routier, plus particulièrement des moteurs diesels. Les personnes les plus touchées sont les personnes âgées, les femmes enceintes, les bébés, les asthmatiques, les cardiaques. L'exposition régulière est responsable d'une diminution de l'espérance de vie, avec une mortalité plus précoce, et d'une augmentation des cancers bronchiques.

Le dérèglement climatique et la pollution atmosphérique ont beau venir du ciel, ce n'est pas une quelconque divinité en colère qui en est la cause, mais bel et bien une société humaine aux prises avec l'idéologie de la société de consommation et – comme quoi c'est un peu mystique quand même - de sa sacro sainte « croissance ». On épuise la terre et sature l'air, ce qui ne peut pas durer bien longtemps.

A partir de là, soit on se dit que le temps que nous vivons, ça passe, et nous laissons aux suivants, à nos enfants, une planète pourrie. Soit on agit pour vivre mieux, c'est à dire éviter la poursuite de la dégradation.

C'est ce que font les écolos. Pour répondre au problème de la pollution de l'air par les émission de particules fines sortant des moteurs diesel, ils proposent et tentent de faire voter un certain nombre de mesures en faveur des transports en commun, de la sortie du diesel, de la désintoxication automobile et des modes déplacements doux (marche, vélo...).

Ainsi, ce mois de décembre, ils ont obtenu des instances régionale, sous l'impulsion du vice-président de la région Ile-de-France, l'écologiste Pierre Serne, le gel de la hausse des tarifs pour les abonnés des zones 1-5 du réseau francilien et l'élargissement du dézonage du Pass Navigo aux petites vacances scolaires (février, Pâques, Toussaint et Noël). Durant ces congés, toute comme durant les vacances d'été, les Franciliens voyageront partout dans la région sans payer de supplément tarifaire. C 'est un pas de plus dans l'accomplissement d'un projet auquel les écolos tiennent fort : le tarif unique pour toutes les zones du Pass Navigo, soit entre 60 et 65 euros par mois pour se déplacer partout en Ile-de-France.

A Montreuil, les écolos ont lancé – après trois décennies de promesses vaines de la part des municipalités précédentes – la réalisation du prolongement du tram T1 (ouverture en 2017), des lignes de métro 11 (ouverture en 2019) et 1 (2025), l'installation du Vélib dans le Bas-Montreuil, la location longue durée de vélos pour le Haut-Montreuil, des zone 30 dans plusieurs quartiers de la ville, etc.

Attendre des heures aux urgences avec un bébé souffrant de troubles respiratoires graves n'est pas une fatalité : on peut et on doit lutter contre la pollution de l'air et le dérèglement climatique. Les élus écolos le font. Il serait bien qu'ils soient plus nombreux. Avis aux électeurs !



 

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.