Jump to Navigation

Plein de jardins, sans pesticide aucun

 

Le 4 avril, les écolos montreuillois co-organisaient une balade urbaine et botanique, en écho à la semaine nationale pour les alternatives aux pesticides.

 

Il se sèment, se ressèment et fleurissent un peu partout à Montreuil. De deux en 2008, ils étaient une vingtaine en 2014 et leur nombre continue d'augmenter. Ce sont les jardins partagés de Montreuil.

A chacun son histoire, son nombre d'adhérents, sa particularité, sa taille, ses légumes et fleurs, ses recoins d'aventure pour les enfants, son coin barraque-abri-estrade-salon bricolé en bois pour de mémorables fêtes et autres repas en commun.

 

Biodiversité

Tous – par conviction mais aussi par convention avec la ville lors de la mise à dispositions des terrains correspondants – se sont engagés à ne pas utiliser de pesticide.

C'est bien pour cela que plusieurs d'entre eux, l'association Attac et Europe Ecologie-Les Verts organisaient ce 4 avril une balade urbaine et botanique en écho à la semaine nationale pour les alternatives aux pesticides (1). L'occasion de profiter de la participation d'Audrey Muratet, chargée de mission « flore » à Natureparif, l'agence régionale pour la nature et la biodiversité en Ile-de-France.

De la reconstitution des parcs botaniques médiévaux des jardins de la Lune, en passant par les expériences sociales et de permaculture du sens de l'Humus situés au Murs à pêches, jusqu'aux liens sociaux et solidaires des jardins partagés de centre_ville Autour du Chêne et Tant qu'on sème, la balade a démontré les multiples thématiques abordées par les activités agricoles en ville. Partout enthousiasme et volonté pour défricher des sites abandonnés, pour certains depuis très longtemps, et utiliser diverses techniques pour faire pousser en abondance force biodiversité. Parmi ces techniques, la célèbre « lasagne » montre année après année sa fertilité étonnante (2).

 

Les pesticides ont la vie dure !

Entre les jardins des murs à pêche et ceux du Bas-Montreuil, la randonnée a fait un petit tour au cimetière. Non pas pour célébrer la fin des pesticides, hélas, mais malheureusement pour discuter de leur utilisation à nouveau dans ce vaste espace au coeur de la ville. L'occasion de rappeler l'histoire et le contexte avec Claire Compain, conseillère municipale déléguée à la transition écologique. Lorsqu'en 2008 la municipalité décide d'arrêter l'utilisation des pesticides dans les espaces publics de la ville, cimetière compris, incompréhension et récupération sont rapidement de mises. Les usagers sont déroutés par le changement d'aspect du lieu : les herbes folles les amènent à manifester un sentiment d'irrespect vis-à-vis des défunts. La tension ne baissera pas vraiment de toute la mandature, malgré les aménagements. Ce qui a conduit la nouvelle municipalité à revenir à l'utilisation d'herbicides pour l'entretien du cimetière. Mais le Round-Up et autres produits demeurent dangereux pour les agents municipaux qui les manipulent, pour les plantes, insectes et oiseaux qui y sont confrontés. Les seuls qui en profitent, ce sont Monsanto et consorts. Pas très écolo, ni de gauche, comme opération... L'occasion pour les habitants et les élus de plancher sur de nouvelles solutions dans les mois qui viennent ? Et de revenir l'an prochain pour célébrer une nouvelle victoire contre les pesticides ?

 

BD et CR

 

 

  1. www.semaine-sans-pesticides.fr

  2. www.un-jardin-bio.com/les-lasagnes-buttes-permanentes

 

 

Les sites des jardins visités, et du jardin Papa Poule que faute de temps nous n'avons pu visiter malgré la présence durant la balade d'une de ses animatrices :

http://jardindelalune.jimdo.com/

https://senshumus.wordpress.com/

https://tantquonseme.wordpress.com/

https://leblogdepapapoule.wordpress.com/

 

 



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.