Jump to Navigation

Partie remise pour les « Sorins »

Le Tribunal Administratif devait prononcer ce 9 décembre dans la matinèe, l’expulsion du campement installé sur le stade André Blain à la demande du conseil Général de Seine-Saint-Denis, propriètaire de ce terrain. Dans ce campement de fortune vivent aujourd’hui quelques 250 hommes, femmes et enfants après avoir été délogés cet été de l’imprimerie désaffectée de la rue des Sorins qu’ils avaient aménagé tant bien que mal.

Associatifs, élus, ou simples citoyens, nombreux sont venus les soutenir à la porte du tribunal. Si certains ont pu assister à la séance, les autres ont attendu dehors sous la pluie pendant plus d’une heure la décision du Tribunal qui ne sera finalement donnée qu’en milieu de semaine prochaine.

Tambours battants, les Sorins entourés de leur cortège de soutien se sont ensuite réfugiés dans le métro avant de rejoindre, pour combien de temps encore, leur camp de fortune.

Au-delà de la question du stade, il est urgent de trouver une solution de long terme face à cette situation précaire (voir le communiqué ci-dessous). A ce titre, un concert de soutien est organisé dimanche 11 décembre à la salle des fêtes de Montreuil, à 15h. (http://montreuil-vraiment.fr/2011/12/05/11-decembre-de-15h-23h-concert-solidarite-expulses-sorins/)

Soyons nombreux !

 

Communiqué de presse unitaire signé par le groupe EELV de Montreuil

Soutien aux expulsés du 94 rue des Sorins à Montreuil !

Depuis août 2011, 250 personnes, migrants d ‘Afrique subsaharienne , campent sur le stade André Blain, situé Bd de Chanzy à Montreuil, en attendant des solutions d’hébergement et de relogement.

Ils ont été expulsés d’une imprimerie désaffectée, où ils s’abritaient depuis deux ans, 94 rue des Sorins, à Montreuil.

Parmi eux, il y a des familles et des enfants, et de nombreux demandeurs d’asile, en attente de leur régularisation administrative. De nombreux Montreuillois sont choqués de cette situation et apportent leur aide dans la mesure du possible.

En tant que propriétaire, le conseil général est pénalement responsable de tout accident pouvant survenir sur ce terrain. Afin ne pas engager la responsabilité de la collectivité territoriale, il a donc demandé au tribunal (cette affaire passe au tribunal administratif de Montreuil le vendredi 9 Décembre) l’expulsion de ce lieu des 250 personnes.

Compte tenu de la détresse dans laquelle se trouvent les expulsés du 94 rue des Sorins, du refus de l’État de dialoguer et de rechercher des solutions d’hébergement, de relogement, et de régularisation pour les expulsés, nous demandons:

- Au Conseil général qu'il s'engage à tout mettre en oeuvre pour qu'aucune expulsion n'ait lieu et cela afin de prendre en compte la dimension humaine de ce dossier.

- La mobilisation de l'Etat, du Conseil général et de la Ville, dans leurs compétences respectives, pour que soient rapidement relogés les expulsés et pour qu’une aide d’urgence à titre humanitaire leur soit apportée.

Nous insistons notamment sur la responsabilité première de l'Etat, qui doit procéder au relogement et à la régularisation de ceux des expulsés qui sont sans papiers.

Nous apportons notre soutien aux expulsés et sommes solidaires de leur combat pour vivre décemment et dignement.

Signataires :

Associations, collectifs, syndicats : Le collectif des expulsés du 94 rue des Sorins, Droit au Logement

Partis politiques, (en cours)

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.