Jump to Navigation

Montreuilloise AOC

Samedi de novembre au Monoprix, la queue à la caisse en famille, j'échange avec mon compagnon sur le caractère indigne et crapuleux des affiches du PC de Montreuil accusant la maire écologiste de faire le jeu de la spéculation immobilière. J'exprime avec regret combien les affrontements entre les partis de gauche sont violents dans cette ville.

Derrière moi une dame s'insurge : « Est-ce que vous pensez que Montreuil est encore à gauche madame ? » . Euh... oui...

Elle commence à égrainer un refrain que je connais bien : voilà trente ans qu'elle vit à Montreuil me dit-elle, avant « on savait ce qu'était la solidarité », « on savait  pourquoi on payait des impôts locaux, madame ».

Cette litanie, hélas courante, commence passablement à énerver la néo-montreuilloise que je suis (je n'habite à Montreuil que depuis trois ans, je ne fais pas partie de l'Histoire, excusez-moi).

Si j'ai bien compris le discours de cette dame au rouge à lèvres flamboyant, avant d'être envahie par la bourgeoisie bohème individualiste, Montreuil était le paradis de la classe ouvrière.

Un peu désarçonnée par autant d'agressivité j'ai vaguement essayé de la convaincre que les écoles et les équipements publics de la ville avaient été largement négligés par la municipalité précédente. J'aurais aussi pu essayer de lui expliquer que l'écologie politique véhicule de vraies valeurs de gauche. Mais aujourd'hui j'aimerais qu'elle lise ceci.

Madame qui défendiez si haut et fort vos valeurs de gauche, avoir vécu à Montreuil depuis trente ans ne vous donne pas plus de légitimité que moi pour exprimer un point de vue sur la vie publique.

Vous et vos camarades avez construit les banlieues rouges, vous avez sans doute toutes les bonnes raisons du monde de vous en enorgueillir. Mais ce jour-là vous me faisiez penser à ceux qui habitent les petits villages de la chanson de Brassens, ceux qui sont nés quelque part et qui regardent avec mépris le reste du monde du haut de leurs remparts.

Oui, la population de Montreuil s'est considérablement renouvelée depuis 30 ans, travailleurs immigrés, Roms, fonctionnaires, artistes, entrepreneurs, sont venus de Paris, de toute la France, du monde entier dans « vos » banlieues rouges. Ils souhaitent à tout prix sauver (et pas détruire) ce qu'ils ont trouvé en arrivant : une certaine idée de la solidarité effectivement. C'est probablement la raison pour laquelle ils ont voté en 2008 pour la majorité municipale actuelle.

Madame, il faudrait que vous reconnaissiez que rétablir le droit à la cantine pour les enfants de chômeur, c'est faire revivre la solidarité. En créant le premier comité d' hygiéne et de sécurité qu’aient jamais connu les près de 3000 agents municipaux de la ville, en améliorant l'isolation de tous les logements de la cité de l'Espoir pour prémunir leurs habitants contre la précarité énergétique ou encore en construisant une piscine écologique au cœur des quartiers populaires du haut Monteuil qui en étaient curieusement dépourvus, la municipalité actuelle ne trahit pas l'héritage de la banlieue rouge. Elle ne se fourvoie pas au service des spéculateurs et des bobos.

Elle prolonge le meilleur de l'héritage rouge en prenant une longueur verte d'avance.

AS et PF

 

 

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.