Jump to Navigation

Mali : face à l'essentiel, la Gauche se rassemble à Montreuil

Lundi 21 janvier, toute la Gauche – ou presque – s'est réunie à Montreuil, à l'invitation de Razzy Hammadi, pour dire son amitié et sa solidarité avec le peuple malien, son soutien également à l'intervention militaire de la France au Mali.

Dominique Voynet, Harlem Désir, Pascal Durand, Robert Hue, Aline Archimbaud, Philippe Guglielmi et la grande majorité des élus de Montreuil : lundi 21 janvier, la Gauche était rassemblée à Montreuil en soutien au peuple malien, à l'invitation de Razzy Hammadi. Devant environ 400 personnes réunies dans la salle des fêtes de la mairie, les responsables politiques et associatifs français et maliens se sont succédés à la tribune pour dire leur approbation de l'intervention militaire en cours et leur souhait que cette guerre puisse rapidement laisser la place à une phase de pacification du pays.

Dominique Voynet souligna ce qui fondait son accord avec la décision du Président de la République : « Ce qui nous importe, c'est la sécurité des populations, c'est le soutien à un peuple qui souffre des exactions de bandes armées qui instrumentalisent l'Islam… ». Pascal Durand rappela l'engagement de milliers de soldats maliens durant les deux guerres mondiales, pour venir en aide à la France attaquée et dit son intime conviction que ce pan de l'Histoire obligeait aussi, aujourd'hui, la France et les Français face à leurs amis Maliens.

De leurs côtés, Hamedy Diarra, Président du Haut Conseil malien de France, Mahamadou Cissé, Vice-Président du Conseil de base des Maliens de France, Fatou Camara, Présidente de l'association des Femmes dynamiques de la diaspora, Niakaté Lassane, Président de l'association des Maliens de Montreuil et Moussa Doucouré, Président de l'Adecyf, dirent leur soulagement, leurs remerciements, et surtout, leur volonté de reconstruire dans la paix un Mali uni, laïc et démocratique.

 

Samedi 26 janvier, à l'appel des jeunes Maliens de la diaspora, une manifestation pour soutenir cet espoir est organisée à partir de 14h, au départ du métro Croix de Chavaux, vers Paris. Le Citron vert y sera !

 

Le mot de Joël Labbé. Retenu par une réunion dans son département, Joël Labbé, sénateur EELV et Président du groupe d'amitiés franco-malienne au Sénat, a fait parvenir un texte pour exprimer à son tour sa solidarité avec le peuple malien. Le voici.

Bonjour à toutes et tous,           

Ne pouvant être parmi vous ce soir, je tenais à vous transmettre ce message. A l’Assemblée nationale comme Sénat, a eu lieu un débat sans vote sur l’intervention militaire de la France au Mali, le mercredi 16 janvier dernier. J’y suis intervenu en tant que président du groupe d’amitié France-Mali du Sénat. J’ai pu développer plusieurs points

Tout d’abord, pour  les écologistes, l’union sacrée face aux interventions militaires de la France n’est pas automatique. Le soutien à ce type d’intervention doit toujours être la résultante d’une analyse partagée et peut évoluer.  A ce jour, nous soutenons le choix du Président de la République, tout comme nous soutenons la diplomatie française pour que l’intervention soit à terme sous conduite des forces africaines. Nous persisterons également à exiger de l’Europe des actes et nous soutiendrons une politique de développement nouvelle. 

Depuis son accession à l’indépendance en 1960, le Mali est aujourd’hui confronté à une crise très grave.  Coincé entre la Mauritanie, l’Algérie et le Niger, le Nord-Mali est une zone historique de transit qui n’a jamais réellement été sous le contrôle d’un Etat Malien qui, faute de moyens régaliens a abandonné ses marges aux narco-traficants, au terrorisme d’AQMI et au trafic d’armes… cela depuis le milieu des années 2000. Les organisations criminelles (AQMI, MUJAO) qui y ont installé leurs bases arrière se sont considérablement renforcées en hommes et en armement profitant du chaos né du conflit libyen.

Ayant plus ou moins instrumentalisé le MNLA (mouvement touareg laïc luttant pour l’indépendance de l’Azawad) en profitant de son expertise militaire et de ses réseaux de communication en Occident, les djihadistes se sont rendus maîtres des régions du Nord. De fait depuis plusieurs mois la situation des populations civiles est effrayante : exactions multiples (viols, meurtres, flagellations…), recrutement d’enfants soldats mais également fermeture des écoles, pillage de bâtiments publics, destruction de bibliothèques, interdiction de la musique autre que religieuse…

 

La motion EELV sur le Mali. Pour en savoir plus sur la position EELV sur le Mali : téléchargez la motion adoptée lors du Conseil fédéral du 19 janvier.

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.