Jump to Navigation

Le Sens de l’Humus : De l’agroécologie à l’action sociale

Le Sens de l’Humus, c’est le nom d’une association montreuilloise qui entend promouvoir de nouvelles formes d’agriculture, en prenant plus particulièrement en compte  la problématique des sols.  Rencontrée pour la première fois il y a quelques semaines lors d’une mémorable soirée « Ode au légume », et au sujet de laquelle nous avons souhaité en savoir plus.

 

Les sols avant tout…

En 2006, peu après sa création, l’association obtient  une parcelle de 500 m2 sur le site des Murs à pêches (impasse Gobétue)  où elle va développer, à travers un potager expérimental, des procédés liés à  l’agriculture biologique et des techniques d’amélioration du sol. Le jardin du Sens de l’Humus, accessible aux horaires d’ouverture des Murs à pêches (en général le dimanche), est aujourd’hui composé d’une zone de jardin naturel, de quelques arbres et arbustes fruitiers, d’un potager expérimental, d’une zone humide et d’une spirale d’herbes aromatiques.

Pour les fondateurs de l’association, l’important était de mettre en exergue la problématique des sols. Celle-ci, qui passe d’abord par une prise de conscience de la pollution des sols, est en effet déterminante pour l’agriculture et l’alimentation, m’explique Jérôme Martinez, membre actif depuis 2 ans.  Et c’est toujours une des caractéristiques de l’association, qui  a développé un véritable savoir -faire en termes de gestion des sols.

Mais pas seulement ! La gestion des déchets aussi …  L’association gère en effet une plateforme de compostage collectif sur le site des Murs à pêches qui alimente les associations de jardinage du site. Elle a également participé activement et bénévolement à la mise en place de la compostière collective de quartier de la place de la République qui a fêté ses trois ans le 10 avril dernier. Première compostière de quartier, sa mise en place a été laborieuse malgré une volonté commune de faire aboutir ce projet. Aujourd’hui 70 personnes participent à son fonctionnement dont une douzaine de membres actifs. Elle est désormais totalement autogérée par les habitants du quartier, l’association se tenant en appui en cas de besoin.  Outre sa dimension écologique, Le Sens de l’Humus participe également à  la vie du quartier au travers de permanences hebdomadaires,  sans compter les fêtes régulièrement organisées.   A noter qu’une deuxième  compostière collective de quartier est  en train de se mettre en place rue Parmentier.

 

Mais aussi une action sociale et solidaire

En 2010, le Sens de l’Humus amorce un nouveau virage en décidant de  s’emparer de la problématique de « l’insertion » pour l’intégrer dans les activités de l’association. L’étude de faisabilité sur la mise en place d’un chantier d’insertion va finalement aboutir au lancement d’un jardin solidaire sur les parcelles des jardins Pouplier, du nom de leur propriétaire Geneviève Pouplier, horticultrice montreuilloise bien connue pour ses dahlias… Depuis 2012, la préservation et  l’entretien de jardin (4000m2) sont articulés avec la mise en place d’un Jardin Solidaire qui permet à un petit groupe de personnes très éloignées de l’emploi  de s’initier au jardinage naturel et  aux métiers liés à la préservation du patrimoine et de l’environnement, en participant  à des  ateliers thématiques (taille, semences …).  Nous ne sommes pas une structure d’insertion professionnelle classique précise Jérôme Martinez qui insiste sur le fonctionnement collectif et la prise en compte du temps nécessaire à chacun pour réaliser son projet. Les « hôtes » se retrouvent chaque semaine pour des demi- journées de travail en commun. (Les jardins Pouplier sont  ouverts au public et aux bénévoles les mardis, mercredis et vendredi matins).

Aujourd’hui le Sens de l’Humus se définit comme une association de jardinage expérimental, de sensibilisation à l’agroécologie et à la permaculture et de valorisation du patrimoine des murs à pêche de Montreuil par des activités agricoles, écologiques et sociales.  

A ceux  et celles, qui comme moi, auraient  un doute sur le terme permaculture, je confirmerai qu’il s’agit d’une « d’une « approche systémique qui a pour but la conception, la planification et la réalisation de sociétés humaines écologiquement soutenables, socialement équitables et économiquement viables. Elle se base sur une éthique, dont découlent des principes et des techniques permettant une intégration des activités humaines avec les écosystèmes » (source site de l’association et Wikipédia). Et qu’ils peuvent aussi s’inscrire à une session d’initiation avec l’association ! (Prochaine session les 22 et 23 juin 2013)

 

L’association… avec  d’autres

Le Sens de l’Humus compte une quarantaine d’adhérents, dont une dizaine d’actifs et deux salariés. Depuis 2010 elle fonctionne avec un conseil collégial composé de 8 membres.

Le Sens de l’Humus partage un certain nombre de préoccupations avec d’autres associations, notamment au travers du projet « Montreuil aux pêches » dont l’objectif est la création d’une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) afin de remettre en culture les murs à pêches de Montreuil (Cf. interview de la société régionale d’horticulture de Montreuil (SRHM) sur ce site) Avec la conviction que les murs à pêche doivent et peuvent devenir un véritable centre de production agri-culturel.

 

Les projets

L’association souhaite poursuivre et diversifier ses activités, tout en restant fidèle à ce qui la caractérise depuis l’origine. Développer le jardin solidaire, réaliser un espace d’accueil couvert dans les jardins Pouplier, mettre en place des parcelles individuelles en partage pour les usagers du jardin,  poursuivre  l’accompagnement à la mise en place de compostages collectifs dans les quartiers (Jules Ferry) … Mais aussi développer ses  actions d’animation en matière d’éducation à l’environnement et ses activités pédagogiques. Il lui faudra probablement  embaucher un nouveau salarié, mais elle a aussi et surtout besoin de nouveaux bénévoles. On a besoin de monde sur les jardins, insiste Jérôme Martinez.

Le Sens de l’Humus organise également conférences et formations, dont certaines  sont ouvertes au grand public. Sa participation à des manifestations conviviales doit également être relevée – on se souviendra encore longtemps du buffet réalisé lors de la soirée « Ode au légume » (dont les recettes  se trouvent sur le site de l ‘association). A venir  d’ailleurs une autre manifestation au nom évocateur « la semaine de la paresse » qui doit avoir lieu du  22 au26 mai au Jardin Pouplier.

Propos recueillis le 29 mars 2013 par Lorraine Nicolas

 

Plus d’infos sur le site : http://senshumus.wordpress.com/

Informations sur les sessions d’initiation à l’agroécologie et la permaculture : jimancelet@hotmail.com

 

 

 

 

 

 

 



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.