Jump to Navigation

La société régionale d'horticulture de Montreuil (SRHM)

La SRHM, késaco ?  La SRHM, ou société régionale d’horticulture de Montreuil, est une de plus anciennes associations de la ville. Sa mission est de "maintenir vivants"  les savoir-faire horticole et arboricole des murs à pêches, mais cette vieille dame, qui a vu le jour en 1878, a su faire peau neuve. Promouvoir et développer la pratique horticole et arboricole, tout en s'adaptant aux mutations du territoire, tel est l’objectif qu’elle s’est donnée pour les années à venir, explique Philippe Schuller, secrétaire général de la SRHM.

 

 

Un peu d'histoire

 La fabuleuse histoire des murs à pêches de Montreuil a commencé au milieu du 17eme siècle, au travers de la culture de fruits (cerises, prunes, pommes, abricots, poires…et les pêches) sur des murs enduits de gypse qui ont progressivement quadrillé le territoire montreuillois. La pêche y atteint une notoriété toute particulière. C'est en 1878 que les cultivateurs de Montreuil, qui présentaient leurs fruits à l'exposition universelle de Paris, décidèrent de fonder la société horticole afin de promouvoir leur production.

 L'histoire fut cruelle puisque les bouleversements du XXème siècle ont progressivement entrainé le déclin des cultures  arboricoles, horticoles et maraichères à Montreuil, mais la société d’horticulture n’en disparut pas pour autant : En 1921, la SRHM décida d’un lieu de transmission ouvert à tous, le jardin école, suivi par la création du musée horticole des murs à pêche en 1992.

 La SRHM compte aujourd'hui une centaine d'adhérents, dont une partie représentant toujours les cultivateurs et leurs descendants. Mais d’autres ont depuis lors rejoint le groupe : adhérents intéressés par les mutations du territoire des murs à pêches et passionnés de jardinage.

 

 Une valeur ajoutée culturelle

 Cette association, Philippe Schuller, en parle avec enthousiasme : de la technique de marquage qu’il contribua à réintroduire en 2000 grâce à un détour par le Japon, à la création variétale ou à la promotion de diverses variétés de fruits (la calville blanc et la pomme noire … !), le défi en vaut la peine.

 Philippe Schuller tient à préciser que cette production présente une valeur ajoutée culturelle et ne correspond pas à une économie de production ordinaire, tant par l’histoire dont elle découle que par les techniques et les savoir-faire utilisés: marquage des fruits, variétés, goût, présentation. Pour ce dernier, les activités de l'association qui ont un devenir économique doivent d’ailleurs « sortir de l'association », pour une structure qui aurait cette seule vocation.

 En lien avec ce constat, et avec la conviction partagée avec d’autres que les murs à pêche doivent devenir un centre de production agri-culturel, la création récente de « Montreuil aux pêches »,  nouvelle association ayant pour objectif de créer une société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) afin de remettre en culture les murs à pêches de Montreuil (Les associations  et entreprises fondatrices sont la SRHM, Sens de l'humus, Rêve de terre, la marmite d'Eugène, Montreuil environnement, et le paysagiste Patrice Blandin)

 

Les activités de la SRHM

 Les activités s'orientent autour de la transmission de techniques et de savoirs faire : démonstrations de greffage, de bouturage, taille, palissage. Sans oublier l’organisation d’ateliers de jardinage et d’ateliers du goût.

 La SRHM travaille avec les écoles de la ville, réalisant chaque année une cinquantaine d’ateliers auprès de 10 classes. Elle entreprend également de développer des relais et des liens avec les artisans de Montreuil (les glaces à la pêche !)

 Pour Philippe Schuller, il est important de créer une relation avec le territoire où nous vivons. Travailler sur la saisonnalité est un bon moyen de créer cette relation privilégiée entre terroir et, patrimoine et de développer un imaginaire collectif. Ainsi la fête des sorcières organisée par l’association pendant plusieurs années à l’automne a- t-elle remporté un grand succès.

 L’association participe également à la création de manifestations à caractère agriculturel destinées à promouvoir l’agriculture comme un espace culturel d’échange. Un socle de liens à reconstruire entre homme, nature et territoire.

 Historiquement Montreuil rayonnait dans toute l'Ile de France, d’où une « société régionale », ajoute- t-il. Aujourd’hui encore l'échelle d'action est la région, et non pas uniquement la ville. Relier les terroirs franciliens prend d’ailleurs tout son sens au vu de la réflexion en cours sur l’agriculture en Ile de France.

  

D’autres projets ?

 Mieux intégrer la SRHM dans le quartier est une priorité pour les prochaines années. En janvier 2012 le site du jardin école s’est enrichi d’un nouvel espace, les micro- potagers solidaires, soit cinquante parcelles rue Paul Doumer distribuées par la régie de quartier et la SRHM. Ces parcelles d’1,20 m sur 2,40 m permettent aux habitants du quartier de renouer avec la terre, de passer un moment ensemble, et bien sûr de faire pousser des choses qu’on va manger soi- même.

 Mais la SRHM souhaite aller plus loin : créer et organiser des évènements festifs, ludiques et pédagogiques (journée des roses, nuit des musées, la ferme du grand air) pour nouer un lien pérenne entre le jardin école et les habitants. Lien qui pourrait aussi passer par d’autres projets concernant le musée.…

  Propos recueillis par Lorraine Nicolas le 21 septembre 2012

 

 Plus d’infos :

Le site du jardin école et du musée est ouvert au public le deuxième dimanche de chaque mois (4 rue du jardin école, 93 100 Montreuil)

www.srhm.fr

contact@srhm.fr

 

 

 

 

 

 

 

 



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.