Jump to Navigation

La Françafrique et les Républiques bananières

Nous pourrons dire d'entrée, sans prendre aucun risque, que cette FRANÇAFRIQUE perdure.

En effet il y a derrière elle, une grosse machine politique qui l'alimente ; et que sous cette machine n'est autre que le système politique français mis en place depuis les pseudo -indépendances de ces pays d'Afrique jusqu'à nos jours.

L'existence de ce système est vitale pour la France car il y va de sa survie. Raison pour laquelle, nous l'avons déjà mentionné dans nos textes précédents, tout changement de pouvoir politique en France ne remet en rien en cause cette "Françafrique".

Dans ses projets futurs et à très long terme, la France a scellé cette situation pour des générations et des générations.

Dans ces pays dits « Républiques bananière » ! la France y joue « les pompiers pyromanes », cela n'est plus un secret pour personne, seulement pour le peuple français à qui l'on fait croire qu'il existerait des dictateurs dans ces pays africains et cette idée est amplifiée par le biais de leurs médias qui manipulent ainsi le peuple sans vergogne.

Lisons ensemble ce qui suit : « Dominique Galouzeau, plus connu sous le nom de Dominique de Villepin, ministre des affaires étrangères de Chirac, met en place la Table Ronde de Linas-Marcoussis, en France, en Janvier 2003. Une conférence qui se présente comme une initiative française pour rétablir la paix, réussir le désarmement, et organiser la cohabitation avec les rebelles. Je n'y suis pas invité, c'est à dire que l'Etat ivoirien n'est pas convié à une discussion sur l'avenir de la Côte d'Ivoire ! Je ne suis convoqué qu'à la réunion de l'avenue Kléber, qui doit suivre, où doivent être signés les accords ; Je ne participe pas, je n'ai pas mon mot à dire, mais on me demande de venir signer.... »( François MATTEI dans son livre « Pour la vérité et la justice » cite Laurent Gbagbo Président déchu de la Côte D'ivoire).

Nous sommes en présence d'un fait concret qui vient étayer l'attitude de la France « pompier-pyromane » ; Un président élu par le peuple et qui ne porte pas les faveurs de la France est contraint d'organiser des élections anticipées ! Pendant que son pays est victime d'un coup d’État et que ses mutants à l'origine de ce coup d'état ont la « bénédiction » de la « mère France »...

La France, en accordant ces indépendances, se faisait bonne conscience, pour démontrer à la face du monde sa bonne foi en matière de démocratie mais, dans la réalité, ses indépendances n'étaient que fictives. La seule façon d'y parvenir était de mettre au pouvoir des hommes acquis à sa cause ! Des hommes de paille à son service.

On crée ainsi une République qui n'existe que de nom mais en réalité, c 'est la mère France qui tire les ficelles pour sauvegarder ses intérêts ! Car l'Afrique est un réservoir de matière première donc le continent qu'il faut avoir de son côté.

Toute République bananière doit son existence à un «  receleur » et pour ce qui est des pays africains ce receleur n'est autre que la France.

Quelles sont les caractéristiques d'une République bananière ? Elles sont multiples !

D'abord, aucune élection démocratique dans ces pays, car si un homme politique peut préserver les intérêts français celui -ci deviendra président à vie. Les exemples sont nombreux : on pourrait citer à l'époque feu le président de Côte d'ivoire Houphouët Boigny. Au pouvoir depuis les années 1960 et décédé en 1993 ! Après 30 ans de pouvoir sans interruption et avec toujours 99% de voix à chaque élection ! Pour cause candidat unique jusqu'en 1990, année où un « fou politique » a cru (ou croyait) bon d'arrêter cette spirale de pseudos élection. Ce dernier y avait obtenu 15 % des voix ! Nous le nommons « fou » car, au moment où nous écrivons ces lignes, cet homme politique croupit, depuis près de 3 ans, dans la prison de la Haye (C.P.I) pour avoir osé changer « l'ordre établi »par la France.

L'autre caractéristique c'est que, une fois au pouvoir, ces personnages politiques prennent l'habitude et s'y installent à vie ! Pour ce faire, ils peuvent trafiquer la constitution à leur guise pour demeurer au pouvoir ! Pour eux, la constitution devient « élastique » ! Jusqu'au jour où l'élastique casse !

Pour illustrer ces propos, nous observons en ce moment des troubles dans un pays africain le Burkina Faso : le Président au pouvoir après deux septennats et deux quinquennats, voudrait encore modifier la constitution pour conserver le pouvoir.

Rappelons que ce Président est arrivé au pouvoir après un coup d'état en 1987 en éliminant un président qui dérangeait la France, le regretté Thomas Sankara.

Ce cas est intéressant, car aucun média français n'a traité ce président de dictateur et de tous les noms d'oiseaux ! Peut-on caricaturer un homme d'Etat qui « roule » pour nous ? Attendons pour la France ? Non ! Donc les médias n'ont fait que relater les événements, voire les troubles dans ce pays en ne soulignant que la principale cause celle de vouloir changer la constitution.

Ce président du Burkina déchu était une pièce maîtresse pour la France ! C'était leur « pompier pyromane »! Il a joué un très grand rôle dans l'installation de l'actuel président de la Côte d'ivoire ! D'après certaines sources ce dernier serait aussi un burkinabé !( En ce qui nous concerne, nous avons déjà eu l'occasion de préciser que les frontières des pays africains

ne sont que les méfaits de la colonisation ; et que tout ressortissant africain, pourrait diriger tout pays d'Afrique noir si seulement si ce dernier en est digne : c'est à dire oeuvrer pour le bien être du peuple africain).

Le plus souvent lorsque intervenaient des troubles voire des coups d'états dans ces pays africains, la France s'empressait d'envoyer son armée pour soi-disant « protéger ses ressortissants ». Nous constaterons que pour ce dernier événement du Burkina, la France n'a pas bougé le petit doigt pourtant nombreux sont ses ressortissants dans ce pays ! Environs près de 3000 français y vivent. La raison est simple car le plus souvent, ce prétexte d'aller protéger ses ressortissant est le procédé classique pour faire plier la situation en leur faveur .Si celui qui est au pouvoir est un anti français, on précipitera son éviction, si au contraire, c 'est un homme de paille, on fera tout pour le maintenir au pouvoir.

Vous me direz donc pourquoi au Burkina le président qui est leur homme de paille n'a pas bénéficié de ce procédé ? La réponse est très simple : la France ne se « mouille » que lorsque ses intérêts vitaux sont en jeu. Le Burkina étant un pays pauvre cela ne valait pas la peine d'intervenir ! Le vieil adage connu dit « selon que vous soyez riche ou pauvre la cour de justice vous rendra noir ou blanc ». Donc on n'intervient pas au Burkina mais on prend le soin de ne pas livrer le président déchu à la justice du pays en question. On le met en toute sécurité dans un pays qui n'existe que de nom car ce pays n'est en réalité qu'une province nous disons plutôt un protectorat français !

Pour preuve certains politiques ont tenté de s'opposer à la venue de ce président déchu mais la réponse du pouvoir a été sans ambiguïté . Ce président restera dans ce pays tant qu'il sera nécessaire ! Sous-entendu, ce pays ne vous appartient plus ! Nous pensons que ce pays, la Côte d'ivoire, est assis sur un volcan et que pendant les élections en 2015 nous craignons une violence inouïe.

Raison pour laquelle dans notre article précédent sur les dix commandements nous avions exhortés les politiciens de ce pays d'être raisonnables et que comme la France a déjà son « poulain  », il est inutile d'aller aux élections ; car nous disions que « la messe étant dite » éviter un simulacre d'élection. De laisser le temps au temps car toute chose a une fin !

Certains politiques africains pensent que pour que l'Afrique soit stable et forte il lui faut avoir une constitution puissante. Nous citons ici le titre d'un passage du livre de François Mattéi «  pour la vérité et la justice ». Dans ce passage, il cite le président Laurent Gbago qui dit «  ma conviction, c'est qu'il faut bâtir des institutions en Afrique et les respecter »

Cette remarque nous pose problème car si aujourd'hui il se trouve là où il est c'est que la constitution n'a pas été respecté, et par qui ? Par la France ! Nous pensons intimement que les fables de La Fontaine sont intemporelles, car « la raison du plus fort » sévit de nos jour dans notre bas monde, et que ceux qui ont le pouvoir militaire seront toujours prêts à sauvegarder leurs intérêts.

Nous pensons que le titre qui consiste à bâtir des institutions fortes restera caduc tant qu'il y aura des prédateurs dans ce monde., à moins que le peuple tout entier ne devienne mature en politique avec une conscience élevée ! Encore un de nos rêves.

Même dans les pays dits développés, le peuple s'imagine qu'il a élu un Président, mais en réalité c'est « la Reine Finance » qui détient le pouvoir réel !

En France, par exemple, presque tous les électeurs du président actuel sont déçus ! Voilà une personne qui n'aimait pas les finances pendant sa campagne et qui se met à leur disposition  après son élection ! Pourrait-il en être autrement ? Nous disons que non car incontournable cette « Reine Finance » ! Et si selon nous, le peuple était conscient de cette réalité son « véritable ennemi »serait celle-là , et non le président élu.

Dans notre dernier article, nous disions que le patronat français confiant de son tout pouvoir pourrait un jour, remettre en question les vacances des français en leur disant le fameux slogan « travailler plus pour gagner plus » ! Ce même patronat, toujours par la voix de son représentant veut maintenant supprimer la justification lors d'un licenciement par un patron ! Ainsi les salariés seront des pantins que l'on embaucherait juste pour les services des patrons et on les lâcherait quand cela les arrangerait.

Raison pour laquelle nous disions dans notre article précédent que les maux du peuple africains sont les mêmes pour les peuples des pays occidentaux voire de la France , car ils ont pour origine la même « Reine Finance ».

Pourquoi ne pas coopérer ensemble ! Nous pensons que le vieux slogan « peuple du monde entier unissez-vous » devient de plus en plus urgent.

Nous revenons encore à notre hypothèse, c'est de dire aux politiques africains de ne pas se lancer dans des guerres inutiles dès l'instant que la mère France a son candidat !

D. LEPIEGE (Sociologue)



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.