Jump to Navigation

L'eau, le combat des écologistes

Par Jean-Claude Oliva, Président de la Coordination Eau Île-de-France

L'eau, c'est la vie, mais c'est souvent aussi la mort.

La moitié des lits d'hôpitaux dans le monde sont occupés par les malades d'eaux polluées, contaminées. C'est le quotidien des pays les plus pauvres. Mais en France, les nappes souterraines comme les fleuves recèlent des cocktails de pesticides, des nitrates à l'origine de la prolifération des algues vertes, et demain si l'on n'y prend garde, on y retrouvera le cortège des substances chimiques utilisées pour l'extraction des gaz et huiles de schistes. Cela ne peut être sans conséquences.

Qualité de l'eau et santé de la population sont partout étroitement liées. A cet enjeu social, humain, se conjugue le désastre environnemental de masses d'eau  dénaturées, de fleuves morts qui n'arrivent plus jusqu'à la mer. Préserver la ressource, c'est bien sûr pour garantir l'accès à l'eau potable des populations, mais c'est aussi pour tous les êtres vivants, ce n'est pas pour continuer à ...l'exploiter de plus belle pour toutes les activités humaines sans distinction ! C'est le sens profond du droit humain à l'eau et à l'assainissement tel qu'il a été reconnu par l'ONU.

Refuser la marchandisation de l’eau

Les pouvoirs publics se sont le plus souvent avérés incapables de répondre à ces défis. L'alpha et l'oméga de leur pensée a été de transformer l'eau en marchandise. Pourtant dans le courant général de la libéralisation économique du monde, hier pour assurer la compétitivité, demain pour éponger la dette, l'eau semble à contre-courant : non seulement le service public a résisté, mais, cas unique, il regagne du terrain depuis quelques années, y compris en France, berceau des principales multinationales du secteur. Après une parenthèse de 25 ans de privatisation, Paris a remunicipalisé son eau pour le plus grand intérêt, social et écologique, de ses habitants. Si les privatisations ont aggravé la situation, elles sont en échec partout dans le monde. Des partenariats entre services publics, des services publics rénovés et renforcés par leur ouverture aux usagers citoyens montrent la voie d'une alternative à la fois aux privatisations et à l'étatisme. L'eau n'a pas besoin de grand soir ou de grand service étatique et centralisé, mais de services publics locaux, démocratiques, adossés sur une formation et une recherche publiques.

Partout en Europe, la population reprend ses droits face à cette marchandisation

L'eau ressource la politique. Il faut revenir sur le référendum victorieux en Italie où plus de 95% des votants ont refusé la privatisation de l'eau et où les électeurs ont été aussi nombreux à refuser que des profits soient réalisés sur l'eau. Une dynamique citoyenne s'est construite depuis des années et a su trouver le soutien des forces de gauche comme de l'église catholique, tout en s'affirmant de façon autonome avec le Forum italien des mouvements pour l'eau. Remarquons que la majorité absolue des électeurs italiens (plus de 54% des inscrits) s'est prononcée pour la gestion publique de l'eau. Il n'y a pas de forces politiques capables de tels scores depuis bien longtemps en France et dans de nombreux pays européens! Cela donne la mesure de la légitimité politique du combat pour l'eau. Et l'eau a débordé et s'est mutuellement renforcée avec d'autres combats comme le rejet du nucléaire et le rejet de l'impunité dont bénéficie Berlusconi. Face à la désaffection qui frappe la politique, le combat pour l'eau montre la voie du renouveau ! D'autres exemples, dans des villes allemandes comme Stuttgart ou Berlin, ont révélé le même engouement pour l'eau bien commun.  Pour les écologistes qui ont la volonté de faire de la politique autrement, il y a là matière à réflexion et à action.

Par Jean-Claude Oliva, Président de la Coordination Eau Île-de-France

Prochain rendez-vous:

Rencontre débat « seul contre tous », autour de la pièce « Ennemi public » http://lecitronvertmontreuil.fr/content/rencontredebat-seul-contre-tous-autour-de-la-piece-ennemi-public

le Forum alternatif mondial de l'eau à Marseille du 9 au 17 mars 2012 www.fame2012.org/

Catégorie: 


Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.