Jump to Navigation

L’autopartage entre particuliers : des pionniers à Montreuil

Cityzencar est une des toutes premières sociétés d’autopartage entre particuliers créée en France. Réseau national, son siège s’est installé à Montreuil.

Au départ, une idée simple et maline. D’un côté, des automobilistes qui n’utilisent pas leur voiture en semaine, ou en soirée, ou le week-end. De l’autre, des gens qui n’ont pas de voiture mais en ont besoin d’une exceptionnellement. Le concept : l’autopartage entre particulier (1), autrement dit l’utilisation occasionnelle et communautaire de la voiture.

Nicolas Le Dantec et David Laval sont les deux initiateurs de Cityzencar, nom de la société installée à Montreuil et qui gère le réseau national ainsi baptisé. En 2006, ils créent Mobizen, société d’autopartage qui se veut concurrente de la pionnière à Paris, Caisse commune, lancée en 1999. Mais Autolib passe par là. Dès l’annonce par la mairie de sa volonté de lancer une formule d’autopartage urbain avec une flotte de plusieurs milliers de véhicules, les petits poucets lâchent l’affaire. Pas n’importe comment : Caisse commune se vend à Transdev, filiale de la Caisse des dépôts, Mobizen à Véolia. Nos deux entrepreneurs amènent à leur nouveau patron leur ingénierie et leur expérience de trois ans d’autopartage à Paris et concourent avec lui pour le marché d’Autolib, finalement perdu, remporté par Bolloré.

Qu’à cela ne tienne : ils reprennent une idée qui leur trottait dans la tête depuis longtemps, celle de l’autopartage entre particulier. En janvier 2011, ils mettent en ligne le site Internet qui permet de lancer le réseau social où s’inscriront et se rencontreront les propriétaires loueurs de leurs voiture et les demandeurs, futurs locataires. On commence entre familles et amis, puis le bouche à oreille, et les réseaux tels Facebook ou Twitter. En février, la société est créée, une SAS (société anonyme simplifiée) qui emploie aujourd’hui quatre personnes, dont les deux initiateurs, pour trois temps pleins et demie. En mai, c’est parti : les locations commencent.

Comment ça marche ?

Fin janvier 2012, soit une petite année après l’ouverture du site, 10.000 personnes sont inscrites, pour 2.000 véhicules. On ne paie pas à l’inscription, mais à compter de la première location. L’abonnement est gratuit pour le loueur de véhicule qui fixe librement son tarif (de trois à 20 euros de l’heure, grosso modo). Pour le locataire, l’abonnement hors location coûte 49 euros pour six mois, 69 euros pour une année. C’est ce qui rémunère la société.

Le site Internet renseigne sur les demandeurs et les véhicules à proximité de chez soi. Une carte permet de visualiser rapidement la situation. On entre ensuite directement en contact avec le loueur pour voir si la location est possible aux jours et heures souhaitées. Si l’accord est conclu, on verse sur le site de Cityzencar par carte bleue l’assurance et la caution, toutes deux calculées en fonction de la catégorie du véhicule.

A partir de là, deux possibilités. Une classique : rendez-vous est pris entre le locataire et le loueur, qui explique comment fonctionne la voiture et remet les clés. L’état des lieux est fait – un formulaire téléchargeable sur le site de Cityzencar permet de préremplir les données – et une date ou heure de retour est fixée. Une plus hype, avec la technologie embarquée : un boîtier électronique est fixée sous la voiture, un code reçu sur un téléphone portable permet de déverrouiller la porte, les clés sont dans la boîte à gant avec le formulaire d’état des lieux ; tourner la clé signifie acceptation … Ce système libère les deux parties des contraintes du rendez-vous. Il se met en place petit à petit et en coûte 19 euros par mois au loueur.

Comment agrandir le réseau ?

Actuellement, le rythme de location est en moyenne de 23 par jour en France. Cityzencar enregistre un abonnement quotidiennement. Il en faudra 30.000 pour atteindre l’équilibre économique, objectif fixé à l’horizon 2015. A Montreuil, au 1er février 2012, on compte un peu plus de 40 inscrits (pas forcément abonnés donc, l’abonnement ne comptant qu’à la première location), pour cinq véhicules proposés.

Pour cela, les promoteurs espèrent de tous les réseaux. Sociaux via Internet : dans certains coins, des abonnés conquis deviennent des activistes, organisent des réunions, passent du temps à faire de la pub pour l’entreprise. L’idée porte plusieurs objectifs « écologiques » : moins de voiture, démarche collective évolutive, lien social… Mais aussi des effets rebonds : utiliser une voiture alors qu’avant on s’en passait…

Vers un service (semi) public ?

Les collectivités territoriales sont aussi sollicitées : l’outil correspond à un besoin complémentaires aux transports en commun. Elles ont intérêt à ce que le réseau de voitures disponibles s’étoffe : c’est sa densité qui en assurera l’efficacité.

Se pose alors la question de l’évolution du concept. Cityzencar est une démarche commerciale privée. Les entrepreneurs ont pu faire valoir les atouts d’une telle démarche : volonté, investissement personnel, rapidité de mise en œuvre… L’entreprise entre en concurrence avec d’autres de même nature lancée à peu près à la même époque : on en compte sept actuellement en France, et toutes savent que d’ici deux ou trois ans il n’en restera que deux ou trois, guerre commerciale oblige. A l’arrivée, la logique conduit au risque de rachat du survivant par une multinationale telle Véolia, ce qui est arrivé à Mobizen.

Comment donc accompagner l’initiative privée sans laquelle rien ne se serait créé aussi rapidement, sans tomber dans la privatisation d’un service nouveau mais éminemment public ? Le champ de l’économie sociale et solidaire pourrait ici être exploré avec pertinence. Une évolution de type SCIC qui associerait initiateurs, salariés, usagers, associations et collectivités territoriales pourraient apporter au concept la densité de réseau, la solidité financière, la garantie de service public et la pérennité… A suivre.

Benoît Ducasse (avec Mireille Alphonse et Paul Brunel)

(1)  Dico : http://fr.wikipedia.org/wiki/Autopartage

Le site : https://fr.cityzencar.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.