Jump to Navigation

Eco-quartier : attention au green-washing !

Les éco-quartiers sont à la mode mais attention à ne pas se faire piéger par la communication verte.

 

Eco-quartiers : le principe fondamental

Ce qu’il y a de dérangeant avec ce genre de concept, c’est que chacun le définit à sa manière. Conséquence, l’écoquartier peut en rester à l’étape de la coquille vide.

Selon le ministère de l’environnement, le premier critère de l’écoquartier, c’est qu’il doit respecter les principes du développement durable. En bref, le développement durable est une forme de développement qui répond aux besoins des générations actuelles sans compromettre ceux des générations futures (rapport Brundtland, 1987). Sur le site Internet du ministère, on peut lire que l’objectif de ces quartiers est de « proposer des logements pour tous dans un cadre de vie de qualité, tout en limitant son empreinte écologique ». Ainsi, pour répondre à ces exigences, un écoquartier doit utiliser les ressources de manière « responsable », s’intégrer dans la ville sans s’en isoler, créer de l’activité économique et proposer des logements à tous pour contribuer à la mixité sociale inscrite dans les principes du développement durable. Enfin, l’écoquartier doit naître de la concertation entre les différents acteurs (les habitants, les entreprises, les collectivités territoriales).

 

La grande inconnue de l’écoquartier : la participation des citoyens

Comment intégrer les habitants à l’élaboration, la construction et la gestion de l’écoquartier ? Parce que dans le principe, un écoquartier, ce n’est pas seulement un lieu, mais un lieu de vie, de lien et d’interactions sociales. Ce n’est pas seulement la construction de bâtiments ou de réseaux de transport collectif, mais également la construction d’une éco-citoyenneté.

Pour cela, Lille Métropole a rédigé une charte des écoquartiers, ce qui nous donne un exemple de mise en œuvre. Selon cette charte, il y a trois impératifs incontournables :

« Instaurer une confiance fondée sur la reconnaissance de l’autre, de ses spécificités et de ses différences

Construire un dialogue authentique où la collectivité et les représentantes de la société civile s’accordent sur les mots et les méthodes à mettre en œuvre pour bâtir du « bien collectif »

Faire émerger de la part des habitants des propositions alimentant le projet à toutes ses étapes, jusque dans son fonctionnement quotidien après la réalisation. »

Le risque à prendre dans ce genre d’aventure, c’est que participation des citoyens s'épuise. Il y a plusieurs causes à cela : d’abord le rythme de la vie active, les habitudes de vie, mais aussi et surtout la nouveauté de ces moyens d’action. En règle générale, le dispositif d'aménagement urbain est plus technocratique et comme les citoyens n’ont pas forcément eu à participer dans le passé, ils ne savent pas quoi faire, ni comment le faire. Enfin, les enjeux de la modification radicale des modes de vie ne sont pas unanimement partagés par tous.

 

L’écoquartier : un alibi pour certaines municipalités ?

Dans ces cas-là, il apparaît bien plus facile à certaines communes de plaquer le concept d’écoquartier sur des opérations de communication ; ce qu’on appelle le greenwashing. C’est un moyen de communiquer sur l’environnement par des arguments mensongers.

Exemple précis avec la ville d’Avignon. La majorité avait décidé d’un écoquartier à côté de la rocade, avec une planification en amont sur le nombre d’étages par exemple sans aucune concertation avec la population. Résultat : le projet fait l’unanimité contre lui. Opposition des autres partis politiques mais également des habitants de la ville qui ont créé des associations contre ce projet. Selon René Pelisson, le porte-parole des Verts à Avignon, on est plus dans la communication verte que dans un projet d’urbanisme militant.

Catherine Charlot-Valdieu, présidente de Réseau européen pour un développement urbain durable rappelle enfin que malgré l’ambition des mots, la France est classée dernière en matière d’écoquartier en Europe. Des pays comme l’Allemagne, l’Autriche ou la Suède sont bien en avance sur elle.



Main menu 2

Souscrire au Citron Vert - Montreuil RSS
by SEMI-K.